logo

Open Atelier #2

 

: jour 1
Ca bidouille et ça bricole dans tous les sens. Au fond du Lavoir, le bruit régulier du bois qu’on lime rythme la journée : la fabrication d’une machine à faire dessiner les arbres est en cours (David B.). Devant Usine (logiciel d’enregistrement live) on fait chanter des objets à l’aide de l’« aspirateur à son » d’Olivar Premier et les mains au-dessus d’une leap-motion, un espace vide devient une table de mixage. Pendant ce temps-là d’autre testent la réalité virtuelle, google card-board sur le nez (Martin). Derrière un casque de VR, dans un univers prototype 3D, un dôme végétal est en train d’être créé (Merryl). Certain s’associent autour d’expérimentations éphémères, et cherchent à générer du son à travers la reconnaissance colorimétrique (Etienne et Bart). De l’autre côté de la table, un robot cligne des yeux, sa programmation en C est en cours (Florian). On prépare également la soirée « BYOB, bring your own beamer » en s’essayant sur Millumin, logiciel de vidéo-mapping (Bart).
C’est à 18h69, que tout le monde lève le nez, c’est l’heure du bit de dieu, le moment de faire un tour de table des projets entamés.

: jour 2
Plutôt branché discussion, deux présentations / conférences nous attendent au programme. On commence par un état des lieux des objets connectés, définition, utilité, historique et évolution pour soulever de réels enjeux : techniques et économiques mais surtout éthiques et sociétaux. Ensuite on aborde la propriété intellectuelle sur internet et quelques clés de compréhensions sur le droit d’auteur. Deux interventions très intéressantes qui lanceront des débats animés.

Ouverts, libres, accessibles, et transdisciplinaires, les open ateliers ont rempli leur objectif de faire se rencontrer, d’échanger et de partager savoir et façon de faire ; entre chercheurs- ingénieurs, professeurs, artistes plasticiens, vidéastes, développeurs informatique, producteur, visiteurs passés par hasard, ou passionnés…. une belle hétérogénéité.
On compte bien réitérer l’expérience face à l’enthousiasme suscité par l’événement. On se donne rendez-vous, (au printemps ?)… Qu’en dîtes-vous ?

Encore un immense merci au Lavoir Public et Olivier Rey pour son accueil !